La Danse en Ré Créations - Rencontre avec Toni Bentley

Thirty years ago the testimony of a young dancer was published end translated from English to french, in a memoir wich presented the dance world as it really was, without sentimentality…
Winter Season, by Toni Bentley became just the first work in another career when she left the stage : writing.

Marie met her and, amongst her memories, confides the one about a Master, George Balanchine.

"Il y a trente ans, paraissait, traduit de l'Américain en Français, un roman qui présentait le monde de la danse sans strass ni paillettes…
Saison d'Hiver, par Toni Bentley, fut une première œuvre dans une autre carrière alors qu'elle abandonnait la scène pour écrire.

Marie l'a rencontrée et, parmi ses souvenirs, elle confie sa mémoire d'un Maître, George Balanchine.

A Dancer's Journal…
A Winter Season, A Dancer's Journal by Toni Bentley - 1982

Journal d'Une Danseuse…
Saison d’Hiver - Journal d'Une Danseuse par Toni Bentley - Traduit de l'Américain par Brigitte Logeart, Editions L'Ecole des Loisirs, 1983

Toni Bentley
Toni Bentley…

Marie: Hello, Ms. Toni Bentley.
You wrote Winter Season, Dancer’s Journal in 1982, when you were a ballerina. Do you still dance now?

Marie : Bonjour Madame Toni Bentley.
Vous avez écrit Saison d’Hiver - Journal d’une Danseuse en 1982. Vous étiez alors ballerine… Et maintenant, dansez-vous encore ?

Toni Bentley: No, I don’t dance ballet anymore. My time on the stage ended in 1986 when my right hip went bad while I was on tour with the company in Europe. I only dance around the house now for fun!

Toni Bentley : Je ne fais plus de danse classique. Mon époque de scène s’est terminée en 1986 quand j’ai eu un problème à la hanche alors que j’étais en tournée avec la compagnie en Europe. Maintenant, je danse seulement à la maison pour le plaisir.

Toni Bentley
Toni Bentley dancing Swan Lake | Toni Bentley danse Le Lac des Cygnes

Marie: You told the story of your audition for the American Ballet School(1)… But your diary starts much later, when you were a member of the New York City Ballet.
What are your memories of School?

Marie : Vous avez raconté votre audition à l’Ecole de l’American Ballet (1)… Et puis, votre journal commence bien plus tard, quand vous êtes déjà dans la compagnie du New York City Ballet.
Quels sont vos souvenirs de l’Ecole ?

Toni Bentley: The school was a very forbidding, exciting place full of many young dancers like myself and all very good dancers.
It was a very competitive environment and it is in this atmosphere that good dancing blossoms.
I was very nervous to audition. I was ten years old and I was with my mother. About six of us were given a short ballet class - some barre and some centerwork, pirouettes, jumps - while several women stood at the front watching us, taking notes, and talking very fast in Russian. After we finished the class we all waited in silence on the hall couches for the results. And they accepted me into the school! It was amazing!

Toni Bentley : L’école était un endroit imposant et attirant, plein de jeunes danseurs comme moi, qui étaient tous très doués.
C’était une ambiance très compétitive et c’est dans cette atmosphère que la danse de qualité peut se développer.
J’étais très nerveuse à l’idée d’auditionner. J’avais dix ans et j’étais avec ma mère. Une demi-douzaine d’entre nous ont reçu une petite leçon de danse, - de la barre et de la danse au sol, des pirouettes, des sauts - pendant que quelques femmes se tenaient devant en nous regardant, en prenant des notes, et en parlant très vite en russe. A la fin de la leçon, nous avons tous attendu en silence les résultats sur les bancs dans le hall. Et ils m’ont acceptée à l’école ! C’était hallucinant !

Toni Bentley
Toni Bentley at age 17 in Paquita | Toni Bentley à 17 ans dans Paquita
(© Martha Swope)

Marie: What were the teachers like?

Marie : De vos professeurs… ?

Toni Bentley: Most of my wonderful teachers were Russian like Balanchine and were great characters and very demanding teachers.
Madame Alexandra Danilova and Madame Felia Doubrovska were my favorites. They had danced with Diaghilev and Balanchine when they were young and they were still very beautiful, very elegant.
They carried a past world with them for us to absorb.

Toni Bentley : La plupart de mes professeurs étaient russes, comme Balanchine. C’étaient des personnages hauts en couleurs et des maîtres très exigeants.
Madame Alexandra Danilova et Madame Felia Doubrovska étaient mes préférées. Elles avaient dansé avec Diaghilev et Balanchine quand elles étaient jeunes et elles étaient toujours très belles et très élégantes.
Elles portaient une histoire dont nous tâchions de nous imprégner.

Toni Bentley, Felia Doubrovska
Toni Bentley with teacher Felia Doubrovska | Toni Bentley et son professeur Felia Doubrovska

Marie: Do you still have friends from that school in the company you now belong to?

Marie : Avez-vous gardé des amis de l'école et de la compagnie ?

Toni Bentley: Yes, I still have some friends from my days as dancer, absolutely! We had such a very unique experience together over the years that we are all like sisters.

Toni Bentley : Oui, j’ai toujours des amis de ma période de danseuse, absolument ! Nous avons eu une expérience si unique au fil des ans, ensemble, que nous sommes toutes comme des sœurs.

Marie: What is your best memory?

Marie : Quel est votre meilleur souvenir ?

Toni Bentley: As children in the school each year we were chosen to dance with the New York City Ballet in the annual performance of Balanchine’s The Nutcracker and this was marvelous! It was so exciting to dance in these beautiful costumes, to Tchaikovsky’s grand music on Balanchine’s stage with his company.
Over the years from child dancer to professional I danced as a Candy Cane, a Spanish dancer, a Snowflake, Tea, the Boy Doll in the 1st Act and as a Marzipan Shepherdess in lovely yellow tutus whose skirts were little transparent swinging baskets with colorful decorations of marzipan.
I grew up dancing The Nutcracker, performing in it for over ten years.

Toni Bentley : En tant qu’enfants à l’école, chaque année, nous étions choisis pour danser avec le New York City Ballet dans la représentation annuelle du Casse-noisette de Balanchine. C’était merveilleux ! C’était tellement magique de danser dans ces costumes magnifiques, sur la grande musique de Tchaïkovsky, sur la scène de Balanchine avec sa compagnie.
Au fil des années, d'élève à danseuse professionnelle, j’ai tenu le rôle d’un sucre d’orge, d’une danseuse espagnole, d’un flocon, de Thé, du Soldat de bois dans le Ier acte et d’une bergère de pâte d’amande dans d’adorables tutus jaunes, dont les jupes étaient de petites corbeilles transparentes avec des décorations en pâte d’amandes de toutes les couleurs.
J’ai grandi en dansant Casse-noisette, en y participant pendant plus de dix ans.

Marie: What is your worst memory?

Marie : Quel est votre pire souvenir ?

Toni Bentley: There was a great deal of being nervous almost all the time, like living on a tightrope, feeling like not a good enough dancer.
But these are, I know now, common feelings to all of us and can even be helpful in driving one forward in the passion to be a good dancer.

Toni Bentley : J’étais nerveuse quasiment tout le temps, comme sur le fil du rasoir, j’avais l’impression de ne pas être une assez bonne danseuse.
Mais maintenant, je sais que ce sont des sensations communes à chacun d’entre nous et qu’elles peuvent même être bénéfiques pour avancer et pour s’améliorer.

Marie: What did George Balanchine mean to you back then?

Marie : Que représentait alors George Balanchine pour vous ?

Toni Bentley: Balanchine to me then was God. And he still is.

Toni Bentley : Pour moi, Balanchine était alors Dieu. Et il l’est toujours.

Marie: Who is he?

Marie : Qui est-il ?

Toni Bentley: George Balanchine is the greatest ballet choreographer of the 20th-century.
Born in St. Petersburg, Russia he grew up trained at the Imperial School under the stewardship of the Czar, Nicholas II.
After the Bolshevik Revolution he came to the West, first working for Diaghilev’s Ballet Russe and, then, in 1933 he came to America where he founded an American ballet tradition with both a School and the New York City Ballet, the company I danced with for ten years.

Toni Bentley : George Balanchine est le plus grand chorégraphe de ballets du XXème siècle.
Né à Saint-Pétersbourg en Russie, il a grandi en s’entraînant à l’Ecole Impériale sous l’intendance du Tsar Nicolas II.
Après la Révolution Bolchevique, il alla vers l’Ouest, travailla d’abord pour les Ballets Russes de Diaghilev. Puis, en 1933, il arriva en Amérique et fonda le style du ballet américain avec à la fois une Ecole et le New York City Ballet, la compagnie avec laquelle j’ai dansé pendant dix ans.

Marie: What was he like working every day with the dancers?

Marie : Comment était-il tous les jours avec les danseurs ?

Toni Bentley: He was a lovely, quiet and patient man of few words and a sly sense of humor. But very demanding. He wanted everything you had to give -- and then more than that. He was a spiritual teacher. He believed in what he called "NOW". He said "There is no past and no future only NOW, so what are you waiting for?"

Toni Bentley : C’était un homme adorable, calme et patient. Il parlait peu et avait un sens de l’humour aigu. Cependant il était très exigeant. Il voulait tout ce que nous pouvions donner, et puis, toujours plus. C’était un guide spirituel. Il croyait en ce qu’il appelait "le présent". Il disait "Il n’y a ni passé, ni futur. Seulement le présent, alors qu’est-ce que tu attends ?"

Toni Bentley
Toni Bentley as Aurora in Sleeping Beauty - 1975 | Toni Bentley, Aurore dans La Belle au Bois Dormant - 1975

Marie: This Master died not long after you finished your diary. What place would you give him among the greatest people in the world of dance?

Marie : Le Maître est mort peu après que vous ayez terminé votre journal. Quelle place lui donneriez-vous parmi les Grands de la danse ?

Toni Bentley: He was to me -- and many others -- the greatest choreographer in all the four hundred years of ballet history since the art was formed and codified in the Court of Louis XIV.

Toni Bentley : Pour moi et pour beaucoup d’autres, il était le plus grand chorégraphe qui fût durant les quatre siècles d’histoire de la danse classique, depuis la création de l’art et sa codification à la cour de Louis XIV.

Marie: How did you react to the death of Balanchine?

Marie : Comment avez-vous vécue la mort de Balanchine ?

Toni Bentley: It was devastating.
He had told us he would live “forever” because he was Georgian and we believed him. But he died in 1983 at age 79.
But, he also does live forever - though it took a while to understand this.

Toni Bentley : Ca m’a dévastée.
Il nous avait dit qu’il vivrait pour toujours parce qu’il était Géorgien et nous le croyions. Mais il décéda en 1983 à l’âge de 79 ans.
Cependant, il vivra effectivement pour toujours, bien qu’il ait fallu du temps pour comprendre cela.

Marie: How would you compare him to other masters?

Marie : Comment le compareriez-vous avec d'autres maîtres ?

Toni Bentley: He was the most versatile, the most spiritual, the funniest, the most inventive, and easily the most prolific.
His bibliography lists a total of 425 works of which well over 100 are performed today.

Toni Bentley : Il était le plus polyvalent, le plus spirituel, le plus drôle, le plus inventif, et de loin le plus prolifique.
Sa bibliographie regroupe un total de 425 œuvres dont plus d’une centaine sont encore mises en scène aujourd’hui.

Toni Bentley
Toni Bentley in Le Palais de Cristal - Symphony in C | Toni Bentley dans Le Palais de Cristal - Symphony en Ut

Marie: How would you describe Balanchine’s style?

Marie : Comment décririez-vous le style Balanchine ?

Toni Bentley: Balanchine liked his dancers long and lean and fast. No “acting” or affectation, or mannerisms, just pure technique and very, very fast moving.
He speeded up the whole art form from the great 19th-century classics. Just as the world got faster Balanchine made ballet faster.

Toni Bentley : Balanchine aimait ses danseuses élancées, maigres et rapides. Pas de jeu de comédie, de factice, de manières. De la pure technique, et une mouvance très, très rapide.
Il a accéléré la forme de l’art entier des grands classiques du XIXème siècle. A mesure que le monde allait plus vite, Balanchine a fait aller plus vite la danse classique.

Marie: Which ballets of Balanchine’s have you danced in?

Marie : Quels ballets de Balanchine avez-vous dansés ?

Toni Bentley: Some of the ballets of Balanchine that I loved the most to dance are Serenade, Concerto Barocco, Square Dance, Four Temperaments, Symphony in Three Movements, Momumentum/Movements,” Stars and Stripes, and La Valse.

Toni Bentley : Quelques-uns des ballets de Balanchine que j’aimais le plus danser, sont Serenade, Concerto Barocco, Square Dance, Four Temperaments, Symphony in Three Movements, “Momumentum/Movements,” Stars and Stripes, et La Valse.

Toni Bentley
Toni Bentley, corps member in the New York City Ballet, in Serenade | Toni Bentley, membre du Corps de Ballet du New York City Ballet, dans Serenade
(© Paul Kolnik)

Marie: You have written about dancing. Do you miss being onstage?

Marie : Vous avez écrit à propos de "danser". Est-ce que la scène vous manque ?

Toni Bentley: I don’t really miss being onstage. I was always so nervous.
But I miss being in that world all day long filled with such beauty and hard work. Dancers are very honest people. In using your body as your instrument you learn that there is nowhere to hide, no lying, no faking, no cheating. If it is not pure it is not good.

Toni Bentley : Faire de la scène ne me manque pas vraiment. J’étais toujours tellement nerveuse.
Ce qui me manque, c’est d’être en permanence dans un monde empli d’une telle beauté et de travail acharné. Les danseurs sont des gens très honnêtes. En utilisant votre corps comme un instrument, vous apprenez que vous ne pouvez rien cacher, qu’il est impossible de mentir, de fausser, de tromper. Si ce n’est pas pur, ce n’est pas bon.

Toni Bentley
Toni Bentley rehearse Merrywidow by Ronald Hynd | Toni Bentley répète La Veuve Joyeuse de Ronald Hynd

Marie: Tell us more about the articles and books you write nowadays.

Marie : Parlez-nous des articles et des livres que vous écrivez aujourd'hui…

Toni Bentley: After writing Winter Season, Suzanne Farrell, Balanchine’s last and perhaps greatest ballerina, asked me to help her write her Autobiography. It is called Holding On to the Air - which is something Balanchine said to her once to help her balance on pointed without wobbling!
Then I wrote a beautiful big picture book about Barbara Karinska who designed costumes for Balanchine for many years. Like him, she was Russian, and he trusted her completely. She restyled the flat “pancake” tutu for him into a smaller, softer, shorter tutu that he found more flattering to the dancers.
Since then I have also written a cultural history of the mythic figure of Salome and her seven veils, and also an erotic memoir.
My next book, that I am working on now, will be about Balanchine’s ballet Serenade, the first ballet he made in America in 1934 and the first one I ever learned. It is a mystical work.

Toni Bentley : Après avoir écrit Saison d'Hiver, Suzanne Farrell la dernière et peut-être la plus grande ballerine de Balanchine, m’a demandé de l’aider à écrire son autobiographie. Ca s’appelle S’accrocher à l’air. C’est une phrase que Balanchine lui a dit une fois pour l’aider à rester en équilibre sur pointes sans vaciller !
Et puis j’ai écrit un énorme et superbe livre d’images sur Barbara Karinska qui a conçu des costumes pour Balanchine pendant des années. Comme lui, elle était russe, et il lui faisait entièrement confiance. Elle a remodelé le tutu plat « pancake » pour lui, et l’a transformé en un tutu plus petit, plus léger, plus court, qu’il trouvait plus flatteur pour les danseuses.
Depuis, j’ai également écrit une histoire culturelle de la mythique figure de Salomé et ses sept voiles, ainsi qu’un mémoire érotique (traduction littérale).
Mon prochain livre, sur lequel je travaille actuellement, portera sur le ballet Sérénade de Balanchine, le premier ballet qu’il ait réalisé en Amérique en 1934 et le premier que j’ai appris. C’est un travail mystique.

Marie: There is so much more to life than dance…
Do you have other activities, pastimes and dreams?

Marie : Il y a tellement d'autres choses que la danse…
Avez-vous d'autres activités, passe-temps et rêve aujourd'hui ?

Toni Bentley: I have a wonderful life today writing as much as I want, exercising, traveling, going to movies, being with friends and reading wonderful books. But nothing is like dancing Balanchine. He was a world apart.

Toni Bentley : Aujourd’hui, j’ai une vie géniale : j’écris autant que je veux, je m’exerce, je voyage, je vais au cinema, je vois des amis et je lis de merveilleux livres. Mais rien ne ressemble à la danse de Balanchine. Il représentait un monde à part.

A Dancer's Journal…
A Winter Season - reissued in 2003 with a preface by the author | Saison d'Hiver - réédité en 2003 avec une préface de l'auteur
(© Steven Caras)

Marie: Do you still write for children? By the way, was Winter Season meant to be a children’s book?
It was published in French in a collection for children and teenagers…

Marie : Ecrivez-vous toujours pour les enfants ? A ce propos, Saison d’Hiver était-ce un livre pour les enfants ?
- Il a été publié en Français dans une collection destinée aux enfants et adolescents…

Toni Bentley: Winter Season was not intended as a children’s book at all. It was simply part of my diary as a young professional dancer. But, I was barely more that child myself when I wrote it at age 21!

Toni Bentley : Saison d'Hiver n’était pas du tout destiné à être un livre pour enfants. C’était simplement une partie de mon journal intime de jeune danseuse professionnelle. Mais je me sentais encore presque une enfant, quand je l’ai écrit à 21 ans !

Toni Bentley
Toni Bentley at 21 | Toni Bentley à 21 ans
(© Arthur Elgort)

Marie: It is very different to other children’s books, because you mention difficult times in your daily life, including hard-hitting writing about the body, and not just beautiful tutus, satin shoes and flowers in the dressing-room…
Why did you make this choice?

Marie : C’est très différent des autres livres pour les enfants parce que vous parlez du quotidien parfois difficile, des choses crues aussi à propos du corps, et pas seulement des beaux tutus, des chaussons de satin et des fleurs dans les loges…
Pourquoi ce choix ?

Toni Bentley: I just wanted to tell the truth and the truth is never all good and beautiful and easy.
Ballet was not a fantasy for me but a reality, hard work, sweat, heartbreak and worth every single moment! Mr B.(2) used to say that it was all about the hard work and sweat and then “if you were vairy lucky” it would be beautiful!

Toni Bentley : Je voulais juste dire la vérité et la vérité n’est jamais toute belle, bonne et facile.
La danse classique n’était pas un rêve pour moi mais une réalité, un travail assidu, de la sueur, des chagrins immenses, qui valaient le coup à chaque minute ! M. B.(2) disait que tout reposait sur un travail dur et de la sueur et puis, si vous étiez très chanceux, le rendu serait magnifique.

Toni Bentley
Toni Bentley at age 23 dancing Swan Lake | Toni Bentley à 23 ans danse Le Lac des Cygnes
(© Steven Caras)

Marie: ( what do you think of book authors for young people who presents dance as a fairy tale?

Marie : Que pensez-vous de la manière dont les auteurs pour la jeunesse écrivent sur le monde de la danse comme un conte de fées ?

Toni Bentley: « Ballet will amways have life as a fairy-tale life and that is fine. It is not untrue. I just Wrote about some of the stuff necessary to makes the fairy-tale actually come true.

Toni Bentley : La danse classique aura toujours une image de conte de fées et c’est joli. Ce n’est pas faux. J’ai simplement écrit quelques arguments pour rendre le conte réel.

Toni Bentley
Toni Bentley, young ballerina, in Paquita | Toni Bentley, jeune danseuse, dans Paquita

Marie: Thank you Tony for theses memories and this testimony that led us to the discover of George Balanchine as well.
Thanks to Emeline Leclair for her translation job too!

Marie : Merci à vous, Toni, pour ces souvenirs, ce témoignage qui nous guide vers la découverte de George Balanchine aussi.
Merci également à Emeline Leclair pour son travail de traduction !

1. Read this exerpt in French on this page !

1. Lis cet extrait sur cette page !

2. Mister Balanchine.

2. Monsieur Balanchine.

Aurélie Dauvin © En ré Créations.

La présentation et le contenu de ce site sont protégés par les lois en vigueur sur la propriétæ intellectuelle. Toute exploitation, même partielle, sous quelque forme que ce soit (écrite, imprimée ou électronique), est rigoureusement interdite sans l'autorisation expresse préalable des auteurs. Tout contrevenant s'expose à des poursuites et aux sanctions applicables conformément à la loi FranÇaise rægissant les droits d'auteur et aux lois du Copyright International.

Retourner en haut de la page Page modifiée le 02/06/2017.