La Danse en Ré Créations - Rencontre avec Vanessa Feuillatte

En ré Créations avec Esméralda, l'héroïne de Notre-Dame de Paris... Ou plutôt son interprète dans le ballet de Roland Petit, salut à la saison 2018-2019 au Ballet de l'Opéra National de Bordeaux.

C'est sur la scène de l'Opéra de Bordeaux que Marie a rencontré Vanessa Feuillatte ; la Première Danseuse lui parle du rôle et de sa préparation… Tout en faisant ses exercices !

Esméralda
Vanessa Feuillatte dans le costume du premier acte de Notre-Dame de Paris... Au parterre de l'Opéra National de Bordeaux
(Photographie : © Mikael Vojinovic)

Photo parue dans un article du magazine Life is Art N°3 - juillet 2019

Marie : Bonjour Madame Feuillatte.
C'est originale cet échange pendant que vous faites vos étirements ! Merci de partager aussi ce moment avec moi !

Vanessa Feuillatte : Bonjour !
C'est avec plaisir et pas d'inquiétude : je peux continuer à m'étirer en te répondant !

Marie : Alors, tout d'abord, pourriez-vous retracer votre parcours en quelques mots…

Vanessa : J'ai commencé l'éveil à la danse classique à l'âge de 3 ans. J'ai commencé à aller voir des ballets avec ma grand-mère à l'âge de 5 ou 6 ans, et c'est là que pour moi ça a été une vocation, j'ai tout de suite su que c'était ce que je voulais faire…

Danseuse...
Vanessa Feuillatte à 9 ans - en classe Etude de l'Ecole du Jeune Ballet de Paris Janine Stanlowa
1er prix du concours du Chausson d'Or

Du coup, ma maman m'a inscrite en sport études à l'Ecole de Danse Janine Stanlowa.

Danseuse...
Vanessa Feuillatte [et d'autres élèves de sa classe] à l'Ecole de Danse de l'Opéra de Paris
(Collection de Mme Guiton)

J'ai ensuite passé l'audition pour entrer à l'Ecole de Danse de l'Opéra de Paris à Nanterre sous la direction de Claude Bessy ; j'ai été engagée là bas ; j'ai fait tout mon cursus scolaire là bas - à l'Opéra de Paris…

En scène...
Vanessa Feuillatte et Mathieu Ganio
spectacle du Jeune Ballet de Paris Stanlowa - 1998

Et puis, à l'âge de 17 ans, je suis rentrée à l'Opéra de Bordeaux. Et depuis… J'ai monté les échelons au fur et à mesure et je suis maintenant Première Danseuse de l'Opéra National de Bordeaux… Je suis là depuis dix-sept ans.

Marie : Et quand vous êtes arrivée à Bordeaux, un tout petit chat vous accompagnait qui vous a toujours tenu compagnie…

Compagnon...
Utrillo, le chat de Vanessa Feuillatte

Vanessa : Oui… Il s'est endormi tranquillement il y a quelques semaines ; il avait l'âge de mon parcours bordelais…

Marie : J'aime beaucoup les animaux, alors je voulais vous dire une douce pensée pour lui.
Mais revenons à la danse : quelles héroïnes de ballets avez-vous interprété déjà ?

Vanessa : J'ai été Giselle, dans le ballet qui porte son prénom ; j'ai été Juliette dans Roméo et Juliette ; j'ai dansé Swanilda dans Coppéllia ; j'ai dansé Marie dans Casse-noisette ; j'interprète Esméralda dans Notre-Dame de Paris… Voilà pour ce qu'on appelle les "grands classiques"…

Scène
Vanessa Feuillatte, Giselle, et Roman Mikhalev, Albrecht, in Giselle
(Photographie : Sygrid Colomyès)

Scène
Vanessa Feuillatte, Juliette, in Roméo et Juliette
(Photographie : Sygrid Colomyès)

Scène
Vanessa Feuillatte, Swanilda, et Roman Mikhalev, Franz, in Casse-noisette
(Photographie : Sygrid Colomyès)

Scène
Vanessa Feuillatte, Marie, in Casse-noisette
(Photographie : Sygrid Colomyès)

J'ai tenu d'autres rôles principaux aussi dans des chorégraphies plus contemporaines, par des chorégraphes américains même…

Marie : Vous avez dansé déjà un personnage de Roland Petit ?

Vanessa : Ah… Les ballets de Roland Petits sont très rarement produits… Il y a son Carmen de temps en temps… Mais je n'ai jamais été ce personnage…

Esméralda est le premier rôle chorégraphié par Roland Petit que je danse !

Marie : Notre-Dame de Paris, le roman de Victor Hugo… Vous l'avez lu ?

Vanessa : Je l'ai lu, oui, il y a très longtemps… J'avais 13 ou 14 ans…

Je me souviens d'un très long pavé, plein de descriptions ; j'ai un souvenir prenant de ce livre, mais surtout de cette longueur… Je crois que c'est le livre le plus long que j'ai jamais lu de ma vie !

Je me souviens beaucoup de description de Paris, avec beaucoup de détails… ça fait bien longtemps que je l'ai lu et je devrais le relire un jour.

C'était un livre obligatoire à lire à l'école… J'avais eu une fiche de lecture à faire…

Marie : Vous avez vu le film ?

Vanessa : Oui, Et je me suis inspirée du personnage du film pour mon interprétation d'Esméralda d'ailleurs…

Clique sur le lien "suivant" pour que la photographie s'anime en un extrait dansé !

Scène
Isabelle Guérin, Esméralda, et Nicolas Le Riche, Quasimodo, in Notre-Dame de Paris
Opéra de Paris, 1996
(Photographie : Jacques Moatti)


Isabelle Guérin, Esméralda, Nicolas Le Riche, Quasimodo, in Notre-Dame de Paris
Opéra de Paris, 1996

Evidemment, je me suis inspirée d'autres Esméralda "dansées"… j'ai regardé des vidéo de Notre-Dame de Paris par le Ballet de l'Opéra de Paris, avec Isabelle Guérin ; j'ai vu aussi la version avec Natalia Osipova…

Clique sur le lien "suivant" pour que la photographie s'anime en un extrait dansé !

Scène
Natalia Osipova, Esméralda, Mick Zeni, Frollo, Roberto Bolle, Quasimodo, in Notre-Dame de Paris
Scala de Milan, février 2013
(Photographie : © Brescia/Amisano - Teatro alla Scala)


Natalia Osipova, Esméralda, Mick Zeni, Frollo, Roberto Bolle, Quasimodo, in Notre-Dame de Paris
Scala de Milan, février 2013

Mais c'est surtout le film qui m'a marqué… Esméralda, on m'avait expliqué qu'elle était une prostituée, alors que dans le film, elle ne l'est pas du tout… Elle est même vierge, puisqu'elle se donne à Phœbus… Elle n'a simplement pas conscience de sa beauté, et elle est très à l'aise dans son corps ; c'est un peu la femme d'aujourd'hui ! A l'époque, Victor Hugo a été un génie en imaginant la femme du XXIème siècle, qui n'avait peur de rien, qui assumait son corps, qui assumait son caractère…

Clique sur le lien "suivant" pour que la photographie s'anime en un extrait cinématographique !

Au cinéma
Gina Lollobrigida, Esméralda, in Notre-Dame de Paris


Gina Lollobrigida, Esméralda, Alain Cuny, Claude Frollo, Robert Hirsch, le poète Pierre Gringoire, Jean Danet, le capitaine Phœbus
in Notre-Dame de Paris, film réalisé par Jean Delannoy [sur] un scénario et des dialogues de Jacques Prévert et Jean Aurenche, d'après le roman de Victor Hugo - 1956

La chanson d'Esméralda : paroles de Jacques Prévert et musique de Georges Auric ; chorégraphie d'Angelo Francesco Lavagnino

Marie : Et la comédie musicale ?

Vanessa : Je l'ai vue, quand j'étais encore à Paris, avec Garou en Quasimodo et Hélène Ségara en Esméralda… Et avec Fleur de Lys, un personnage qui ne figure pas dans la version de Roland Petit… Je l'ai vue, mais, même si je m'en souviens très bien et que c'était une comédie musicale très réussie, très belle, ça ne m'a pas inspiré pour le ballet… Parce que c'était surtout des chansons et la mise en scène n'avait rien à voir avec celle qu'on danse. La petite chèvre d'Esméralda, Djali, n'est pas non plus dans le ballet…

Marie : Heu, une chèvre sur scène, ce serait un peu compliqué peut-être… Mais ce serait drôle ! Et je sais que des animaux figurent parfois à l'Opéra !

Vanessa : Bien sûr, on a eu dans Giselle une chienne et même un faucon - mais, l'oiseau, c'est un faux m'a-t-on dit... Chut ! - qui étaient figurants ! Et puis on a eu pour La Fille Mal Gardée un cheval !

Scène
Rubia, la chienne Lévrier, et le faucon Coco, figurent avec l'acteur Cyril Cosson in Giselle - Opéra National de Bordeaux, mai 2016

Marie : Ce serait un beau sujet, les animaux figurant dans les ballets et les opéra, mais puisque Djali, la chèvre d'Esméralda n'a pas été retenue dans la distribution du chorégraphe… Revenons à lui.
Roland Petit [qui mourut le 10 juillet 2011] il n'est plus vivant que par les ballets que reprennent les compagnies… Vous l'avez rencontré ?

Vanessa : Non… Jamais je n'ai eu cette chance…

Je sais que c'était un "Personnage"… J'ai pris des cours de barre au sol avec Zizi Jeanmaire, sa muse, à Paris ; elle venait prendre ces cours et il y avait beaucoup de danseurs de l'Opéra de Paris qui les prenaient aussi ; c'était les cours de Jacqueline Fynnaert, une professeure incroyable de barre au sol… J'avais croisée Zizi Jeanmaire ; elle devait avoir 70 ans alors…

Marie : Comment les compagnies, les théâtres reprennent ses ballets ? Il a laissé des cahiers ou bien c'est grâce à des vidéos ?

Vanessa : Chez nous, au Ballet de Bordeaux, c'est Luigi Bonino qui est venu remonter Notre-Dame de Paris ; il était assistant de Roland Petit ; il a été danseur aussi avec lui à Marseille… Les ballets de Roland Petit sont transmis en fait par des personnes qui ont vécu et qui ont dansé avec lui…

Marie : Comme des "héritiers"…

Vanessa : Oui.

Je ne sais pas s'il y a des cahiers, en tout cas, il y a des vidéos, il y a des photos… Je ne sais pas si ceux qui transmettent le répertoire de Roland Petit se servent de notes, d'anciennes vidéos… En tout cas, ils se rappellent les chorégraphies, ils se souviennent surtout du Maître : ce qu'il voulait, ce qu'il ne voulait pas, par rapport à des caractères… Il avait besoin de personnages, de personnalités, de danseurs qui étaient fort en théâtre, en interprétation, en jeu ; Luigi va donc essayer de chercher les danseurs avec ce "petit truc en plus".

Esméralda
Vanessa Feuillatte dans le costume du premier acte de Notre-Dame de Paris, Opéra National de Bordeaux
(Photographie : © Mikael Vojinovic)

Photo parue dans un article du magazine Life is Art N°3 - juillet 2019

Marie : Et vous en faites partie… ! Puisque vous avez été choisie pour interpréter Esméralda !
Alors… Comment se prépare-t-on à danser Esméralda ?
Qui vous a appris le rôle : les pas, l'interprétation ?

Vanessa : Pour le rôle, la chorégraphie, c'est justement Luigi Bonino…. Mais il a été absent pendant quelques temps parce qu'il a eu des problèmes de santé, donc on a dû travailler "tout seuls" avec le Maître de ballet qui était là pour l'occasion et notre Directeur de la danse, Eric Quillere.

Du coup, on a utilisé les vidéos qu'on a bien regardées…

Pour les pas, c'est très clair : c'est ça et ce n'est pas autre chose… Par contre au niveau de l'interprétation… On est trois Esméralda à danser, et on est trois à le faire totalement différemment chacune…

Marie : L'interprétation de chacune dépend de ce qu'elle ressent du personnage…

Vanessa : Oui, et puis aussi on est très différentes par rapport à notre corps : nos capacités physiques, notre technique…

Marie : Il y a le travail chorégraphique : il faut apprendre les pas… C'est difficile de retenir ?

Vanessa : Tous les jours, on apprend au cours très très vite des pas ; c'est un exercice naturel qu'on a appris depuis tout petit, donc on apprend très vite : on a une mémoire visuelle assez développée…

Marie : Et la mémoire du corps aussi ?

Vanessa : Oui, la mémoire du corps, et la mémoire auditive aussi parce qu'il faut exécuter les pas sur la musique…

Grâce à l'entraînement quotidien, c'est devenu une habitude d'apprendre des pas, des placements, des directions…

Marie : Et techniquement, le rôle est difficile ?

Vanessa : Esméralda C'est un style très différent parce qu'il y a un côté très moderne et en même temps très classique et très technique, à base d'en dedans, d'en dehors, ce qui n'est pas le cas dans beaucoup de ballet classique où on travaille beaucoup l'en dehors ; là, c'était assez "tordu" et puis il y avait aussi des positions de bras avec des mains placées précisément : les mains doivent souvent être écartées…

C'est difficile à décrire…

Oui, c'est très difficile, parce qu'il faut jouer : il ne faut pas oublier le personnage ; il faut jouer la comédie ; il faut interpréter ; il faut faire les pas correctement ; il faut être juste sur la musique… Il y a plein de choses qui rentrent en compte, c'est sûr.

Marie : C'est un des rôles les plus difficiles que vous avez interprété ?

Vanessa : Heu… Il est difficile… C'est un des rôles les plus difficiles parce qu'elle est tout le temps sur scène : on ne rentre pas souvent dans les coulisses… Mais c'est, je crois, le plus beau rôle que j'ai interprété dans ma carrière ; le plus intéressant, le plus complexe, le plus vivant, le plus ressemblant à moi, à ce que je suis, …

C'était difficile, de "devenir" Esméralda, oui, mais en même temps c'était facile, dans le sens où ça me correspondait très très bien en fait par rapport à qui j'étais !

Marie : Vous évoquiez la musique… Justement, celle de Notre-Dame de Paris, qui a été composée par Maurice Jarre, comment vous porte-t-elle ?
Passe la souris sur les mots d'Esméralda pour écouter les instruments ; ils jouent l'"introduction" d'une variation d'Esméralda !


Vanessa : Maurice Jarre, c'est un génie ! Il a utilisé tellement d'instruments qu'on n'a pas l'habitude d'entendre : le tambourin, les castagnettes, le triangle… La puissance de la musique ! Elle est juste incroyable ! Je ne peux pas la décrire ; c'est juste une musique qui vous prend aux tripes, elle vous embarque ! La musique vous embarque vraiment !
Comme ce début de la variation d'Esméralda…

Marie : Pour l'interprétation… Vous avez expliqué que vous vous êtes servie du film… Et puis ?

Vanessa : Du dessin animé !

Marie : Ah, Le Bossu de Notre-Dame de Walt Disney !

Vanessa : Oui. Son Esméralda, elle me ressemble assez physiquement en plus - c'est ce que me dit mon mari -, et j'aime bien son côté rebelle, la façon dont elle bouge… C'est vrai que je me suis pas mal inspirée de la Esméralda du dessin animé de Disney…

Clique sur le lien "suivant" pour que la photographie s'anime en un extrait cinématographique !

Dessin animé
Esméralda danse [pour] Le Bossu de Notre-Dame de Walt Disney

"[Esméralda] danse…
elle se rend compte de ce que subit Quasimodo pendant la fête des fous… Elle répond même à Frollo ! Une vraie rebelle !"




Un passage du Bossu de Notre-Dame
Film [Long métrage] d'animation
Production : Walt Disney Studio, 1996

J'aime particulièrement ce passage, au début, où elle danse… Et où elle se rend compte de ce que subit Quasimodo pendant la fête des fous… Elle répond même à Frollo ! Une vraie rebelle !

Marie : Une rebelle "au grand cœur" qui vous correspond alors…

Vanessa : Oui, on se ressemble aussi dans le caractère…

Esméralda
Vanessa Feuillatte dans le costume du Ier acte de Notre-Dame de Paris - juillet 2019

Marie : Et puis, quand vous portez les costumes, vous vous transformez en Esméralda… La Esméralda de Roland Petit !
Vous les trouvez jolis, les costumes ?

Vanessa : Ah moi, j'adore ! C'est Yves Saint-Laurent ! C'est incroyable !

Pour le corps de ballet, c'est un peu plus spécial : tout est en feutrine - c'est très très chaud -, et puis les danseurs portent des cagoules ; dans le dernier acte, ils ont des perruques noires, un peu façon "La Famille Adams"…

Par contre, les costumes des solistes sont bien différent…

Esméralda
Vanessa Feuillatte dans le costume du deuxième acte de Notre-Dame de Paris - juillet 2019

Le costume d'Esméralda, il est "à tomber par terre" ! Il est vraiment sublime ! Je me sens très bien dedans ; il ne me serre pas - il est assez "stretch" en plus… Parce qu'il faut aussi savoir que tous les costumes ne sont pas confortables !

Celui-là, il me plaît bien, oui !

Marie : Moi je le trouve très simple et très beau…

Vanessa : Voilà, c'est la simplicité, mais très féminin, très sensuel, comme la chorégraphie, comme le veut le rôle… Yves Saint-Laurent avait très bien cerné le personnage ; il a dû longtemps en discuter avec Roland Petit à l'époque de la création… Il est vraiment superbe !

Marie : Quand on porte les costumes, ça aide pour devenir le personnage ?

Esméralda
Vanessa Feuillatte dans le costume du premier acte de Notre-Dame de Paris, Opéra National de Bordeaux
(Photographie : © Mikael Vojinovic)

Photo parue dans un article du magazine Life is Art N°3 - juillet 2019

Vanessa : Ah oui !

En répétition, on essaye d'interpréter au maximum, mais quand après il y a les lumières, le maquillage, les décors, la coiffure, tous les accessoires, et qu'on porte le costume, ça aide vraiment beaucoup à rentrer dans le personnage !

Et puis, il y a le public, l'orchestre… Quand tout se met en place, c'est la magie du spectacle ! Et tout est plus évident… Pas plus facile, mais plus évident !

Marie : Qu'est-ce qu'elle a comme "accessoires", Esméralda ?

Vanessa : Les accessoires, ce sont ceux du costume : on a des bracelets, une boucle d'oreille - un anneau d'un seul côté -, on a des espèces de bracelets d'épaules aussi…

Esméralda
Vanessa Feuillatte, Esméralda...
Maquillage : Annie Senrems Lay Bardon

Il y a le maquillage aussi… On a une guiche, comme les espagnoles - c'est une sorte de virgule, de crochet dessiné au crayon noir sur le côté -…

Et puis on porte les collants chair, avec les chaussons teints de la même couleur… Je les ai teints moi-même pour préparer les représentations…

Marie : Ah, mais comment ? Avec quoi ?

Vanessa : Eh bien avec une poudre de maquillage que la maquilleuse me donne ; c'est une sorte de fond de teint poudrée, matifiante, que j'applique avec une éponge à maquillage…

Clique sur le lien "suivant" pour que la photographie s'anime !

Préparation
Vanessa Feuillatte prépare ses chaussons d'Esméralda… - juin 2019


Vanessa Feuillatte prépare ses chaussons d'Esméralda… - juin 2019

Marie : Et ça tient ?

Vanessa : Oui, oui… Quand je vois qu'il est plus ou moins clair, j'en rajoute ou je le gomme un peu ; il faut que ça corresponde exactement à la couleur du collant.

Marie : Et pour les rubans ?

Vanessa : Pareil : je mets la même chose, et ça tient aussi sur les rubans !

Marie : Il y a une coiffure particulière ?

Vanessa : On porte une banane !

Marie : Vous coiffez vos cheveux naturels…

Vanessa : Oui, oui !

Marie : Alors, pas besoin de perruque !

Vanessa : Non, pas besoin de perruque ! De toute façon, avec ce qu'on fait, ça ne tiendrait pas !

Marie : Qui sont vos partenaires ?

Vanessa : Il y a Quasimodo, mon partenaire principal, qui s'appelle Alvaro Rodriguez, qui est espagnol. Avec lui, j'ai déjà dansé Roméo et Juliette, et puis un Pas de Deux…

Il y a Frollo, qui est Austin Lui. Il va arrêter sa carrière cette année ; c'est la dernière fois qu'il danse parce qu'il veut retourner chez lui en Angleterre pour travailler dans le Bisness…

Marie : Alors, je lui souhaite beaucoup de réussite dans sa nouvelle carrière !

Vanessa : C'est très gentil…

Dans le rôle de Phœbus à mes côtés, il y a Pierre Devaux qui est l'un de mes meilleurs amis dans la compagnie… ça marche bien entre nous.

Mais Frollo et Phœbus ne sont pas très tendres avec Esméralda…

Marie : Ah, mais ça, c'est dans l'histoire !
Il y a aussi l'histoire, celle qui a fait l'actualité… Après l'incendie qui a en grande partie détruit la cathédrale Notre-Dame de Paris au printemps dernier - le 15 avril 2019, c'est important de danser ce rôle ? Ce ballet ?

Notre-Dame
Maurice Utrillo, Notre-Dame [De Paris],1909
Paris, Musée de L'Orangerie
(Photographie : © RMN-Grand Palais - Musée de L'Orangerie / Franck Raux © ADAGP, 2015)

Vanessa : Oui… J'ai été particulièrement émue et touchée de ce qui s'était produit ; je suis un peu triste qu'on n'ait pas fait quelque chose de symbolique pour l'occasion mais c'est un bel hommage, ce ballet… Et je suis d'autant plus fière de prendre ce rôle, de danser ce ballet en cette occasion…

Même si on n’est pas croyant, Notre-Dame est un monument historique qui fait partie du patrimoine français ; il a une âme…

Clique sur le lien "suivant" pour que la photographie s'anime !

Saluts
Les artiste du Ballet de l'Opéra National de Bordeaux saluent au "rideau" d'une représentation de Notre-Dame de Paris - juillet 2019


Les artiste du Ballet de l'Opéra National de Bordeaux saluent au "rideau" d'une représentation de Notre-Dame de Paris - juillet 2019

Marie : Le hasard de la programmation est tellement beau… C'est bien aussi de danser le ballet comme pour une belle révérence à la fin de la saison, comme on fait la révérence à la fin du cours au professeur qu'on admire.
Vous savez vos prochains rôles pour la rentrée ?

Vanessa : Non, je ne sais pas ; pour la saison prochaine, il y a dans la programmation deux "gros ballets" notamment : Cendrillon et La Sylphide… Mais on n'a pas encore les distributions : on ne sait pas du tout ce qu'on va danser.

Marie : Et puis… Vous continuerez à enseigner la danse…

Vanessa : J'ai mon diplôme d'état de professeure de danse, mais je n'enseigne que rarement parce que je n'ai pas le temps… J'enseigne dès que je peux à mes élèves en sport étude à l'Académie [de Danse Vanessa Feuillatte] - je donne des masters class, des stages… Mais je fais ça ponctuellement, en fonction de mes plannings par rapport au Théâtre.

Marie : Vous avez tout de même créé cette Académie de Danse [Vanessa Feuillatte] - qui porte votre nom !

Vanessa : Oui, j'ai 700 élèves amateurs, 12 disciplines, 19 professeurs… Et moi je forme les sports études qui deviennent pros; j'ai des élèves qui sont entrés à l'Opéra de Paris ; je continue de suivre certains, de les encourager, pour les pousser pour qu'ils entrent dans des grandes Ecoles ou dans des compagnies importantes…

Mon but est de transmettre ce qu'on m'a transmis.

Marie : "Après le spectacle", vous regardez vers l'avenir…

Après le spectacle
Vanessa Feuillatte après le spectacle...

Vanessa : Il faut penser à sa reconversion de toute façon parce que ça arrive vite ; moi, j'ai 34 ans, donc ça veut dire qu'il me reste 8 ans grand maximum à danser… ça passe vite ! Il faut savoir préparer ses arrières et surtout ne pas se retrouver sans rien à faire parce qu'il n'y a rien de pire que de se dire : "qu'est-ce que je vais faire maintenant"… Je sais que je ne veux pas ça ; je veux continuer de travailler… Je sais que je suis quelqu'un d'hyperactif donc - un peu trop même… - je ne sais jamais vraiment m'arrêter… C'est ce qui me permet de vivre aussi.

Les projets, c'est ce qui permet de vivre ; quand il n'y a plus de projet, c'est triste.

Marie : Faire des projets… C'est rêver… Et bravo aussi pour l'Association cœur d'Etoile que vous présidez !
Beaucoup de belle choses à vous ; beaucoup de beaux et grands rôles !
Immense merci pour cette Rencontre !
Je vous laisse poursuivre votre préparation…

Vanessa : J'ai fini mes étirements : je vais à la presso thérapie maintenant. Et puis, ça a été un plaisir d'évoquer Esméralda et le ballet de Roland Petit

Marie : Ah… Qu'est-ce que c'est la presso thérapie ?

Vanessa : C'est une machine qui presse les jambes pour faire circuler le sang un peu plus facilement en fait.

Marie : Merci aussi de m'avoir appris cela !
A très bientôt sur scène… Dans la salle… Ou en coulisse ! Et un bel été à vous !

Esméralda
Vanessa Feuillatte dans le costume du deuxième acte de Notre-Dame de Paris, Opéra National de Bordeaux
(Photographie : © Mikael Vojinovic)

Photo parue dans un article du magazine Life is Art N°3 - juillet 2019

Chaussons
Les chaussons d'Esméralda dédicacés par Vanessa Feuillatte
(Photographie : Aurélie Dauvin)

Aurélie Dauvin © En ré Créations.

La présentation et le contenu de ce site sont protégés par les lois en vigueur sur la propriétæ intellectuelle. Toute exploitation, même partielle, sous quelque forme que ce soit (écrite, imprimée ou électronique), est rigoureusement interdite sans l'autorisation expresse préalable des auteurs. Tout contrevenant s'expose à des poursuites et aux sanctions applicables conformément à la loi FranÇaise rægissant les droits d'auteur et aux lois du Copyright International.

Retourner en haut de la page Page modifiée le 16/10/2019.